19 juillet - De Biscarosse à Mayotte

Aller en bas

19 juillet - De Biscarosse à Mayotte

Message  Marie Françoise le Jeu 19 Juil 2018, 5:32 am

Les photos sont ici

Marie Françoise

Messages : 2220
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19 juillet - De Biscarosse à Mayotte

Message  DEGANS Alain le Jeu 19 Juil 2018, 6:13 am

19/07 – marche sportive
Biscarrosse... Mayotte !


Pas même un km et me voici à Mayotte ! A peine croyable alors que tout le monde prétend qu'il faut une dizaine d'heure de vol pour atteindre ce département français du bout du monde...

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas effectué ce parcours pourtant un classique landais surtout qu'il démarre de l'endroit où, dans un autre temps, nous avions notre mobil-home. En l'espace de trois années où je n'avais pas remis les pieds en ce lieu, le changement est spectaculaire : là où se trouvait un sentier sablonneux et pas très carrossable, une belle piste cyclable plutôt bien fréquentée en cette période.

A l'abri du soleil qui se montre généreux, on avance à grand train si bien que l'on atteint Mayotte en moins de 10 minutes. Mayotte, on l'aura bien compris, ce n'est pas l'île perdue dans l'océan indien mais un immense lieu de villégiature estivale aux multiples activités.

Mais je n'ai pas le temps de m'appesantir sur cette zone cinq étoiles prisée des touristes. Je quitte la piste cyclable que je retrouverai bientôt, et m'enfonce dans le forêt domaniale. Pendant un kilomètre ou deux, le sentier n'a plus rien à voir avec la piste cyclable. La « ruche » Mayotte avec les bruits caractéristiques d'un village de vacances a laissé place à la plénitude silencieuse de la forêt. L'odeur des essences à dominante de pins maritimes titille mon nez. Une conversation dont je ne descelle pas la signification, s'est engagée parmi le faune ailée de la forêt. Devant cette immensité et cette plénitude, c'est l'extase ! Il n'en faut pas plus pour être heureux...

Mais, bien vite -en tout cas au rythme de la marche solitaire- j'entre à nouveau dans la « civilisation » et son brouhaha... Pourtant, je suis toujours en pleine forêt mais je viens de rejoindre à nouveau la piste cyclable et croise des cyclistes, rarement des marcheurs... Les ombres succèdent aux zones à découvert... Je commence à transpirer toute l'eau que j'ai en moi... Un groupe de cyclistes « motorisés » me dépassent et l'un dit aux autres en me désignant : « Tiens, voilà un vrai marcheur ! »... compliment qui, sur le coup, me ravit mais je me retiens de lui dire : « Viens un peu à ma locomotive et laisse tomber ton vélo assisté : tu verras ce que c'est que l'effort ! ».

Alors que la piste continue en direction de Sanguinet, mon parcours s'en désolidarise... Je vais tout droit vers le lac de Cazaux-Sanguinet que les bicarrossais appelle le « lac Nord ». Je vais longer les rives du lac à travers la forêt. Des pancartes demandent instamment aux promeneurs de ne pas approcher à moins de 150 mètres des milieux marécageux humides. C'est qu'en effet, nous sommes dans des zones de marécages renfermant une flore et une faune particulièrement vulnérable et les envahir est dommageable. La nature a parfois du mal à se remettre des prédation de l'homme....

La présence de ces milieux marécageux se ressent : ils se distinguent parfois au détour du chemin par des ornières marécageuses où grouillent toutes sortes d'insectes. On peut être précautionneux, il n'en demeure pas moins que je me suis scratché dans un de ces bourbiers...

La fin de mon calvaire... Voici Mayotte, côté plage et port de plaisance... la voiture est enfin là : j'ai couvert 10 km 350 en 1 heure 53.

DEGANS Alain

Messages : 973
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum