11 octobre - balade autour de Boulanouane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

11 octobre - balade autour de Boulanouane

Message  Marie Françoise le Dim 11 Oct 2015, 1:19 pm

Il nous arrive de "rassembler notre monde" et de décider d'une sortie, au départ fortement programmée mais qui, en définitive, peut être bouleversée par l'humeur d'un participant. Faut croire qu'aujourd'hui, Jean-Claude qui "menait la danse", avait décidé de jeter aux oubliettes "les programmes programmés", histoire peut-être de nous montrer ce qu'est "un aventurier aventureux"... Nous n'oublions pas que Ginette et Jean-Claude ont sillonné toutes les routes parfois les plus reculées et les plus insoupçonnées de tous les continents, sacs à dos en bandoulières et chaussures à crampons... D'ailleurs, c'est un peu le souvenir de ces aventures pédestres qui lui font photographier systématiquement les nouvelles chaussures qu'arborent fièrement nos nouveaux adeptes de la marche en Doukkala, histoire peut-être de mesurer, au fil du temps, la résistance de celles-ci ou, plus sûrement, la résistance à l'effort de celui qui les portent !

Revenons-en à nos moutons, c'est le cas de le dire, parce que des moutons, nous en avons croisé quelques troupeaux aujourd'hui... Nous étions huit amis partis dans la direction de Boulaouane... Et oui, Boulaouane est comme un aimant : il attire son monde, sans doute pour sa kasbah mais je crois plutôt pour sa célèbre cave et son non moins célèbre "gris" connus dans le monde entier. Le Duster de Jean-Claude nous mena tout droit vers la fameuse cave fermée depuis de nombreuses années, le raisin de Boulaouane étant désormais vinifié à Benslimane et Meknès, hauts lieux de la production du nectar de Bacchus au Maroc... De là, Jean-Claude fit vrombir de moteur Dacia en direction d'une piste inconnue menant par les crêtes des collines creusées par l'Oum Rbia et desquelles nous apparut la kasbak, encore endormie dans un écrin cachottier d'ombres matinales. Tout ça nous mena, serpentant à travers champs où nous croisâmes des chasseurs de perdreaux, au bord de l'oued nourricier...

Après une courte reconnaissance, Jean-Claude incita Gérard et sa Logan à suivre le mouvement. Et voici nos "chercheurs de trésors" longeant le fleuve puis remontant vers le pont qui l'enjambe pour prendre à nouveau le chemin de Boulaouane, laissant à gauche la kasbah et se dirigeant vers un petit barrage hydro-électrique que nous atteindrons après une pause "déjeuner sur l'herbe". Un paysage à couper le souffle mais qui ne nous coupa pas l'appétit : Gérard, Francine, Marie-Thérèse, Yves, Ginette, Jean-Claude, Marie-Françoise, Alain et la petite chienne Lina, goûtèrent ses moments de convivialité à l'ombre d'un eucalyptus respectable dans un silence à peine troublé par un troupeau de biquettes venant paître la rareté des herbes...

Repus, il fallut repartir à l'aventure... Nous découvrîmes le petit barrage manifestement au repos force de combattant : l'eau commence à devenir rare en cette période de sécheresse. Nous continuâmes notre route : si jusque là Marie-Françoise et Alain, jdidis d'expérience, connaissaient ces "joyaux", l'aventure véritable commençait pour eux... Après quelques kilomètres et quelques lacets, nous retrouvâmes "la Mère du Printemps" que les hommes ont assagi en lui plantant quelques barrages dont celui que nous découvrions sous nos yeux : le barrage d'Infout. Une fois de plus, la curiosité de Jean-Claude avait fait son office : un magnifique plan d'eau au bord duquel des pêcheurs pratiquaient leur sport favori, s'offrait à notre vue...

L'heure avançant, il fallut toutefois repartir... une sortie qui nous laisse quelques bons souvenirs à graver dans nos mémoires et nos albums photos...


Marie Françoise

Messages : 2110
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum