20 mai - vers l'estuaire de l'Oum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20 mai - vers l'estuaire de l'Oum

Message  Marie Françoise le Mer 20 Mai 2015, 7:43 am

J'ai cru assister à un mouvement revendicatif, ce matin, à mon arrivée au rendez-vous habituel devant la clinique des Palmiers... Jean Tronche, mué en délégué syndical, m'accrocha vertement, remonté qu'il était par la troupe nombreuse qui se rangeait derrière... Il ne manquait plus que les banderoles et les "you you", ces sifflets marocains à destination des oreilles du patron...

"Encore l'Oum Rbia !" fut le début de son discours revendicatif. J'étais interloqué : comment donc, 48 pattes ça fait, si mes souvenirs professionnels ne se sont pas estompés, 20 marcheurs plus 2 toutous... tout ce monde, intéressé par l'invite de la journée, serait donc "méchamment" remonté par ce qu'il croyait un "classique des classiques" ?

"Tu devrais nous amener là où, un jour, tu avais eu l'audace de m'amener, entre les deux ponts...", poursuivit le délégué du personnel. J'avoue que je ne voyais pas très bien où voulait en venir l'ami Jean. Mais je perçus très vite que tout mon "personnel" avait, peu ou prou, lu l'invitation et précisai donc que la destination était aujourd'hui "l'estuaire de l'Oum Rbia sur sa rive gauche" d'Azemmour vers l'Océan.

Je venais de gagner ma "lutte des classes" : tout ce monde se tut... J'avais pourtant dit à notre "délégué aux revendications", lors d'une précédente marche plaisir, que je gardais toujours un peu "sous la semelle" et que je possédais dans mes réserves quelques ballades inédites, en tout cas, inédites pour lui et apprises du Maître José...

Ce furent donc 20 promeneurs qui entamèrent la "course" nous menant, le long de l'estuaire du grand fleuve. Même Pierre, le petit nouveau du groupe, "Pierrot de la Libre Belgique", ce surnom avec lequel j'aime affectueusement à le taquiner, avait fait le déplacement. Jean, conquis par ma nouvelle trouvaille, avoua la beauté des lieux et admis que, décidément, j'avais trompé tout mon monde. C'est que "la Mère du Printemps" recèle des panoramas sans cesse renouvelés... la beauté sauvage d'un Maroc que nous aimons.

Enfin, de retour à El Jadida, Jean, peut-être pour se faire pardonner son initiative, mais plus sûrement pour soulager un petit maux désagréable subi par son ami, invita ce dernier à trinquer "à l'amitié"... Et chez Jean Tronche, les verres sont percés et les bouteilles ont le désagrément de se vider...


Marie Françoise

Messages : 2111
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum