25 février - L'oum...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

25 février - L'oum...

Message  Marie Françoise le Mer 25 Fév 2015, 9:43 am

Nouredine est toujours un hôte accueillant. Son équipe familiale nous avait réservé une journée que les dix neuf participants n'oublieront pas de sitôt.
Malgré les conseils éclairés de Marie-Françoise, Alain n'en fit qu'à sa tête -comme à l'habitude, vous dira son épouse ! Un peu de panique lui rappela qu'il valait mieux compter sur le sens d'orientation de sa "moitié", ça lui évitera, à l'avenir, la panique qui se fit jour en lui lorsqu'il s'aperçut qu'il amenait ses troupes vers un "cul de sac". Enfin, revenu à la raison, il écouta les conseils prodigués et se retrouva, à son grand étonnement, devant la demeure de l'ami Nouredine...
L'accueil fut chaleureux, comme savent le faire les marocains : "Soyez les bienvenus, vous êtes ici comme chez vous !"... mais n'oubliez pas, mes chers amis marcheurs, que vous êtes chez Nouredine...
"Aussitôt dit, aussitôt fait" : Nouredine et "ses aides de camps" dont sa fille, prirent les choses en main et encadrèrent comme il doit se faire, les dix neuf "promeneurs" en ayant en vue un parcours nous menant vers "la Mère du printemps", l'Oum Rbia, majestueux, se frayant son lit à travers champs dans une nature verdoyante et multicolore.
Nous approchâmes au plus près du fleuve majestueux non sans avoir "mis en péril" notre carcasse mise à contribution dans quelques descentes abruptes ou quelques remontées spectaculaire... Claude mit à profit la proximité de l'eau et des embarcations pour se rappeler son lointain passé de marin chevronné... Lina, après avoir goûté au joie de la nage, se roula dans la poussière -un bain royal à prévoir pour ce soir, du côté de la maison Baudais...
L'allure de nos promeneurs était à la portée de tous : pas de traînard à déplorer. Quelques passages difficiles pour Mimi aidée de Bill et pour Marie-Françoise aidée d'Alain, mais finalement tout se passa au mieux. Claude -toujours lui- releva le défit d'Alain : cueillir une figue de barbarie qui fut dépecée par des mains expertes et goûtée par quelques "cobayes"...
Les bavardages cessèrent tout à coup : Jacques et Jean-Claude commençaient à avoir "l'estomac au fond des talons". Il était temps de remonter vers la maison de Nouredine où un festin nous attendait. La maîtresse de maison avait mis les "petits plats dans les grands". Nous dévorâmes deux succulentes salades à la mode du Maroc ; les poulets qui suivirent n'ont pas résisté à la gourmandise de tous. Délicieux !
Après le dessert et le thé et café d'usage, il était temps de nous dire au revoir et de chanter tous en coeur : "Ce n'est qu'un au revoir, mes frères, ce n'est qu'un au revoir..."


Marie Françoise

Messages : 2127
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum