02 mars - Balade à Boulaouane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

02 mars - Balade à Boulaouane

Message  Marie Françoise le Lun 03 Mar 2014, 4:16 am

Ce dimanche, nous avions convié deux couples amis à découvrir la kasbah de Boulaouane qu'ils ne connaissaient pas... Gérard avait prêté gentiment sa voiture afin que les 7 visiteurs puissent se rendre sur les lieux. Ce fut un voyage imprévu : à 5 kilomètres de Boulaouane, le voiture de Gérard a rendu l'âme... Un mécano du village est intervenu et nous assurait que nous pouvions après purge du système de refroidissement, repartir. Jean-Philippe qui conduisait le véhicule prêté n'a pas voulu prendre cette décision et en a rendu compte par téléphone au propriétaire. Décision : retour du véhicule à El Jadida après appel de l'assistance.  Notre périple était donc mis à mal. Toutefois, nous avons continué jusqu'à la kasbah avec nos amis, Mohamed et Françoise, Jean-Philipe et Moune retournant accompagner le véhicule sur El Jadida...

Nous avons trouvé la kabah de plus en plus dégradée... ce qui m'a poussé à écrire sur le site que nous gérons ("Le Nouveau Jdidi"), l'article suivant :

Alain a écrit:
Mon billet d'humeur :
la kasbah de Boulaouane se meurt...





Nichée au sommet d'un promontoire, dans un ample méandre de l'Oum Rbia ("La mère du Printemps"), la kasbah de Boulaouane dresse fièrement les restes de sa splendeur d'antan, au temps où le Sultan s'appelait Moulay Ismaïl, contemporain du roi Louis XIV...


Elle faisait partie d'un dispositif de fortifications militaires que le puissant souverain avait fait édifier afin de contrôler les tribus berbères. Si la kasbah offre une belle architecture imposante, la vue au sommet de la falaise abrupte sur laquelle elle est construite et qui domine le fleuve majestueux, n'en est pas moins d'une rare beauté. Amandiers, citronniers et orangers trouvent là un terrain de prédilection et il convient de ne pas se contenter d'une seule visite du site mais de venir observer la nature luxueuse de l'endroit aux différentes époques de l'année : les amandiers en fleurs, les orangers et les citronniers en pleine production, la moisson, les semailles... toute une palette de couleurs et d'odeurs oubliées de notre enfance...


Dans ma "vie antérieure" (entendez naturellement, ma "vie d'avant mon expatriation au Maroc"), j'avais entendu, comme tout français, le nom de Boulaouane. Il évoquait pour nous le fameux vin "gris". Nous avions vaguement entendu parler de la kasbah mais n'avions pas la moindre idée de ce qu'elle était et de ce qu'elle représentait...


La vision de cet édifice imposant et vaguement menaçant, le fleuve serpentant à ses pieds et comme soumis à son maître, la nature généreuse... un tableau saisissant qui a marqué le début d'une passion pour ce lieu. Cela fait désormais plus de cinq années que nous éprouvons cette belle émotion, mon épouse et moi, à la vue de la kasbah, une vue qui se dérobe longtemps au regard et qui surgit soudainement créant en nous une  joie subite... La kasbah est devenue notre lieu de prédilection, notre coup de coeur marocain et nous ne manquons aucune occasion d'aller à sa rencontre... La faire découvrir à nos amis et la faire apprécier par eux sont devenus notre obsession. Nous aimons à faire partager à ceux que nous aimons, à ceux que nous apprécions, cette belle passion...


Des rencontres fortuites en ce lieu chargé d'histoire, nous ont convaincu que l'hospitalité marocaine n'est pas un vain mot pour celui qui sait apprécier et goûter  sa simplicité... Au détour d'un chemin escarpé et serpentant, en "route" vers les vergers, un sourire échangé avec un jeune couple ployé sous la charge d'un sac d'oranges ensoleillées, et vous recevrez en récompense ou en cadeau de bienvenue une énorme orange odorante et sucrée... De jeunes marocains, avides de connaître ces étrangers visiblement heureux d'être chez eux, vous inviteront à boire le thé et vous ferons promettre, à votre prochaine venue, de venir partager le coucous avec eux...


Nous avons lu et rapporté dans nos colonnes les projets touristiques que se fixent les décideurs à l'horizon 2020. Nous avons appris avec la joie que vous pouvez deviner de la part d'amoureux de Boulaouane que le kasbah va faire l'objet, enfin !, d'une réhabilitation... à l'horizon 2020. Dans le cadre d'un projet touristique de mise en valeur de la richesse architecturale de l'arrière pays jdidi, l'agence urbaine va mettre en oeuvre une étude technique visant à la restauration de la kasbah. 


Si cette nouvelle, que nous avons saluée comme il se doit, nous réjouit, notre visite de la kasbah en ce dimanche 02 mars 2014 nous a laissé un goût amer. Ce monument, classé monument historique national depuis 1925, se dégrade à une vitesse telle que nous nous demandons si les annonces faites ne reflètent pas plutôt une mise à mort programmée. En cinq années des pans entiers de la muraille se sont écroulés. Des tours, si on continue à ne rien faire ou à ne parler que d'études de faisabilité sans que rien ne sorte du chapeau, vont s'effondrer... et la kasbah disparaître à jamais. Il nous semble qu'il y a urgence à entreprendre des travaux de simple conservation et que cela passe par une volonté politique... Je suis convaincu qu'un "peuple sans passé n'a pas d'avenir".


Marie Françoise

Messages : 2131
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum